Hier j'étais à Paris... Dans le Métro, j'ai photographié ce panneau publicitaire... On dirait une oeuvre de Jacques Villéglé... Celui-ci disait : « La lacération représente pour moi ce geste primaire, c'est une guérilla des images et des signes. D'un geste rageur, le passant anonyme détourne le message et ouvre un nouvel espace de liberté. Pour moi, les affiches lacérées rapprochaient l'art de la vie et annonçaient la fin de la peinture de transposition… »

 

un marché tunisien
Retour à l'accueil